nouveautés
NOUVEAUTE BEAUTY

Depuis septembre 2017, un espace beauté est ouvert au cabinet.

En associant les nouvelles technologies chez LPG, le nouveau cellu M6 "ALLIANCE" et chez WINBACK, la técar back 3SE, nous accélérons le déstockage, nous augmentons le drainage.

Ces techniques ne remplacent pas une hygiène de vie basée sur une alimentation diversifiée et équilibrée ainsi qu'une activité physique adaptée à votre rythme et besoin physiologique.

Venez me rencontrer et faire votre bilan "beauty"

 

 

 

Après ma chirurgie, j'ai mal à mon épaule

Quelques semaines après mon opération, mon bras a gonflé

Je désire faire une reconstruction mammaire, y-a-t-il une rééducation ?

Le cancer du sein se développe à partir de cellules de la glande mammaire. Le plus fréquemment, les cellules concernées appartiennent aux canaux galactophores (qui collectent le lait) ou aux lobules (où le lait est produit). On parle alors de cancers canalaires ou de cancers lobulaires.

Il existe d’autres types de cancers du sein, beaucoup plus rares tels que les cancers médullaires, papillaires ou encore tubuleux.

Les cancers du sein se distinguent, en outre, en fonction de leur stade d’évolution. Tant que les cellules cancéreuses restent cantonnées à un canal galactophore ou à un lobule, on parle de cancer in situ. Lorsque les cellules tumorales commencent à envahir les tissus alentour, le cancer devient infiltrant ou invasif.

Pourquoi une rééducation après une opération d’un cancer du sein ?

Dès le lendemain de votre intervention, votre rééducation démarre. Il faut réactiver la musculature doucement, ne pas rester dans un schéma de protection du sein opéré et « bloquer » l’épaule. Ces mouvements appris par le kinésithérapeute spécialisé vont permettre de ne pas solliciter en excès le système lymphatique et récupérer tous les jours un peu d’amplitude articulaire. Si après un mois, vous avez la sensation d’un bras lourd, peut-être déjà gonflé, une épaule douloureuse, une cicatrice adhérente, alors contactez votre rééducateur formé à cette prise en charge.

 Votre rééducation commence par un bilan:

  • Trophique et cutané (cicatrice)
  • Vasculaire (lymphatique du sein et du bras)
  • Articulaire et musculaire (douleur, perte d'amplitude)
  • Postural (Attitude de Protection de Sein)

La rééducation se continue pendant la chimiothérapie et la radiothérapie ; votre professionnel déterminera après son bilan diagnostic kinésithérapique, le rythme hebdomadaire et le nombre total de séances. Elles seront personnalisées, individuelles. Des exercices vous seront proposés pour évoluer rapidement vers un retour social (professionnel, associatif, sportif,…).

Si vous envisagez avec le chirurgien une reconstruction, préparez la avec votre rééducateur au moins 2 mois avant votre intervention.

Comment se passe la rééducation ? Combien de séances sont généralement nécessaires ?

Lors de cette rééducation, on doit aborder le traitement du thorax, du bras et de l’épaule, puis descendre jusqu’au bassin de façon à libérer un maximum de zones. Si elle est bien réalisée, 1 à 2 séances par semaine suffisent.
La durée du traitement est en fonction de la nécessité de soins : quelques séances peuvent suffir, parfois, il en faudra 30. Le but est que la patiente retrouve son intégrité corporelle, c’est-à-dire qu’elle ne se sente pas mutilée, surtout pas douloureuse ! Il faut ajouter que la rééducation doit également être sans douleur (primum non nocere, deinde curare).

LIEN UTILE

http://www.monkinevoitrose.fr

FORMATIONS

 

  • Formation « rééducation et cancer du sein «  (formateur Jean-Claude Ferrandez) – INK  – mai 2014
  • Formation «  Les cicatrices » (formatrice Nadine Varaud) – ONREK – mai 2014
  • Formation LPG « rééducation et cancer du sein » (Formatrice Laurence Vidal) – novembre 2013
  • Membre du groupe de travail – référentiel AFSOS – « Activité Physique Adaptée, rééducation et cancer du sein » - 2013
  • Formation « kinésithérapie et cancer du sein » (Formatrice Rolland Jocelyne) - Format-Kiné – février 2013